lundi, 29 novembre 2021

La une du 30 novembre 2021

Publié dans La Une


6.901.704.827 ariary. C’est le montant que la compagnie nationale d’eau et d’électricité devra rembourser dans le cadre de la clôture imminente du Projet d'amélioration de la gestion des opérations du secteur de l'électricité (PAGOSE). Le ministre de l’Energie l’a signifié, hier à travers une intervention dans une station de radio privée de la Capitale, en précisant que ce sont des dépenses inéligibles datant des années d’exercice 2018 et 2019.
Pour rappel, la Banque mondiale a demandé à la JIRAMA de mener un audit de son système de gestion pour déterminer les montants des anomalies constatées durant ces deux années d’exercice. Deux années durant laquelle, la compagnie n’a pas pu fournir les pièces adéquates qui justifieraient la sortie de cette somme astronomique équivalente à peu près à 1.752.813 dollars. Dépenses qui n’ont pas respecté les procédures de gestion financière recommandées par l’association internationale de développement (IDA). Le projet PAGOSE sera clôturé à la fin de cette année. En ce sens, la Banque mondiale demande le remboursement de cette somme avant vendredi.
Par ailleurs, l’institution internationale demande à ce que d’une part, le Gouvernement rembourse pour le compte de la JIRAMA et d’autre part l’IDA par le biais de la Banque mondiale, demande une présentation d’un document de substitution pour les matériels évalués à un peu plus d’un millions de dollars qui ont été utilisés pour des activités en dehors du projet initial qu’est le PAGOSE. A savoir des activités qui n’avaient aucun rapport avec les objectifs dudit projet qui étaient de concrétiser les ambitions d’amélioration du cadre de gouvernance et de la gestion financière de la JIRAMA, ainsi que des mesures pour améliorer la production et la qualité de service.
Le programme était aligné sur des interventions des autres parties prenantes à la réforme du secteur de l’énergie à Madagascar, plus particulièrement le projet PAGOSE, d’un montant de 65 millions de dollars financé par la Banque mondiale, et qui vise à améliorer la planification et la pérennité financière du sous-secteur de l’électricité, renforcer la performance opérationnelle et la gouvernance de la JIRAMA et investir dans une électricité plus fiable. Ceci afin de fournir de l’énergie au moindre coût pour soutenir la croissance économique ainsi que le développement durable et inclusif » et la politique nationale de l’électricité (PNE 2015-2030) qui vise, dans le cadre du sous-secteur électrique, à « atteindre un taux d’accès à une source d’énergie moderne de 70 % en 2030, tout en accroissant la part des énergies renouvelables à 85 % dans le mixte énergétique ».
En 2018, le projet a ensuite bénéficié d’un financement additionnel de 40 millions de dollars Avec ce financement additionnel, le PAGOSE a pu s’étendre jusqu’à la fin de cette année. Le projet initial, approuvé par le Conseil d’administration de la Banque mondiale, le 23 mars 2016, prévoyait effectivement un financement par crédit IDA.
Hary Rakoto

Publié dans Economie



Depuis samedi dernier, plusieurs quartiers d’Antananarivo subissent des coupures au niveau de l’approvisionnement en eau. En trois jours, ces quartiers se retrouvaient privés d’eau durant toute une demi-journée. «Nous n’avons eu que très rarement des coupures d’approvisionnement en eau dans notre quartier. C’est la première fois que nous subissons des coupures durant trois jours successifs. Cela démontre que la situation commence vraiment à se dégrader actuellement », se plaint Tiavina, jeune cadre occupant un appartement du côté d’Alarobia Amboniloha. « Maintenant, je comprend mieux les plaintes à répétition venant des habitants d’Itaosy ou encore de Mahazo. Ce n’est pas évident d’être privés d’eau pendant plusieurs jours successifs », rajoute une mère de famille habitant à Ivandry. Selon les explications de la compagnie Jiro sy Rano Malagasy, « ces perturbations sont dues à l’endommagement de deux grands filtres à eau au sein du centre de traitement d’eau de Mandroseza, et cela en raison de la hausse considérable de la pression d’eau au cours des derniers jours, générée par les fortes pluies. Toutefois, nos techniciens ont déjà fait le nécessaire pour les remettre en état ». Ainsi, pour les quartiers concernés, l’approvisionnement en eau devrait déjà revenir à la normale. Pour les autres, les responsables au niveau de la compagnie d’eau et d’électricité ont soutenu que « les coupures d’approvisionnement en eau sont dues à celles du courant. Par conséquent, les surpresseurs ne peuvent pas fonctionner comme il se doit ». Dans tous les cas, le niveau des lacs s’est élevé. Ainsi, toutes les stations de pompage et de traitement d’eau de la JIRAMA tournent de nouveau à plein régime. Les pluies provoquées ont porté leurs fruits.
Ces coupures sont également accompagnées d’une dégradation de la qualité de l’eau fournie par la Jiro sy Rano Malagasy. « Nous ignorons si c’est dû à la pluie, la dégradation des infrastructures ou encore la pollution de la nappe phréatique, mais dans tous les cas, l’eau du robinet n’a plus la même couleur ces derniers jours. Loin d’être claire, elle est de couleur pâle et même marron depuis ce week-end », explique Vony, une vendeuse d’articles de friperie habitant à Isotry. Sur ce point, la JIRAMA encourage ses abonnés à laisser couler l’eau quelques minutes avant de l’utiliser pour faire partir les impuretés. Elle tient également à rassurer ses clients sur le traitement de l’eau avant sa distribution. Par ailleurs, d’autres projets devraient être finalisés d’ici peu afin d’améliorer l’approvisionnement en eau dans la Capitale.
La Rédaction

Publié dans Economie


Le coup d'envoi du championnat de première division de football à Madagascar débutera ce samedi 4 décembre 2021 et s'achèvera le dimanche 17 juillet 2022. 
Pas moins de 10 stades à travers l'île accueilleront les 125 rencontres d'Orange Pro League 2021-2022. Le championnat débute ce samedi 4 décembre 2021 et s'achèvera le dimanche 17 juillet 2022.
 16 équipes  réparties en 2 Conférences de 8 clubs chacun sont en lice. Les 4 premiers de chaque conférence, rappelons-le, sont qualifiés pour les playoffs. 8 matchs se dérouleront, pour le compte de la première journée, les 4 et 5 déc dont 3 le samedi et 5 le dimanche.
Rappelons que l’Orange Pro League Awards aura lieu ce vendredi 3 décembre à l’Olympia Andohatapenaka pour attribuer les titres aux meilleurs joueurs par poste de la saison dernière. Les votes pour les fans ont pris fin dans la soirée du dimanche, les meilleurs joueurs, défenseurs, gardien de but, milieux et attaquants, entraineurs et meilleurs supporteurs, selon les fans, seront dévoilés durant la soirée de ce vendredi 3 décembre.
Pour le moment, difficile d’avancer les meilleurs joueurs de la saison :
Sur les 5 gardiens de but nominés : Nina (As Adema), Manda (Ajesaia), Norbert (Cosfa), Joma (Jet Kintana), Grindoh (Tia Kitra). Les défenseurs : Datsiry (AS Adema), Naina ( Cosfa), Naina ( Fosa Juniors), Franck (Zanakala FC), Bemainty (As Adema), Theodin ( Fosa Juniors), Berajo (Cosfa).
Les meilleurs milieux: Veve (Five Fc), Racool ( Five FC), Bancé (Five FC), Doddy (Jet Kintana), Parex (Zanakala FC), Tsiry (Ajesaia), Mando ( CS DFC).
Les meilleurs attaquants: Lalaina (CS DFC), Onja (As Adema), Fatifa (Uscafoot), Tinoh ( Zanakala FC), Tsito ( Jet kintana), Safidy (Elgeco Plus),Dimby ( Cosfa).


Programme de la  Journée 1 : 4 et 5 décembre 2021
Samedi 4 décembre (14h30)
Stade municipal d’Alarobia
Uscafoot vs Fosa Juniors       
Stade Elgeco Plus By-Pass
Five Fc    Vs Cosfa       
Stade Maître Kira Toliara
JFC TOLIARA    ZANAKALA
Dimanche 5 décembre (14h30)       
Stade Elgeco Plus By-Pass
Elgeco Plus vs Disciples Fc   
Stade d’Ampasambazaha Fianarantsoa
A DATO FC vs CFFA       
Stade Maitre Kira Toliara
3FB vs MAMA FCA       
CCL Vontovorona
Ajesaia Vs Tia Kitra   
Stade Manara-penitra Mahitsy   
Jet Kintana Vs As Fanalamanga       

Publié dans Sport
lundi, 29 novembre 2021

La fièvre !

La température grimpe d’une unité ! Les tensions montent d’un cran ! De la surchauffe dans le microcosme politique ! Les « médecins spécialistes » en la matière autrement dit les observateurs politiques constatent de la fièvre. Et ils se trompent très rarement dans leur « diagnostic ».
L’échéance électorale de la présidentielle approche. En termes réels, il y en a encore au moins 24 mois. Cependant, l’impatience ou plutôt l’anxiété de la déroute prochaine déclenche de la psychose.  Certains états-majors politiques anticipent déjà la défaite. Et on s’excite voire s’énerve ! D’autres l’entament avec sérénité.
Le régime Orange de Rajoelina Andry Nirina, en cette veille du Nouvel An 2022, l’avant dernière année pour le scrutin de 2023, négocie un tournant décisif et même délicat. En effet, le second mandat du locataire d’Iavoloha ne sera pas de tout repos. Défis, provocations, campagnes précoces ou prématurées, démonstrations de force ou de … farce tels seront les lots quotidiens du pays jusqu’à la date fatidique des urnes. Et on assiste à l’escalade du mercure.
« Rameuter » et « redynamiser », ce sont les termes-choc que chaque formation politique imbue d’ambition pour le pouvoir emprunte afin de galvaniser la base.
A tout seigneur tout honneur, le MAPAR ou l’IRD, c’est selon, la plateforme présidentielle, sans tambour ni tam-tam, se mobilise et cela dans le respect des lois en vigueur. Le Tanora malaGasy Vanona (TGV), l’épine de l’IRD travaille laborieusement. A Antananarivo comme dans toutes les localités stratégiques, les dirigeants et militants ainsi que les sympathisants de ce parti fondé par le Président Rajoelina quadrillent et ne laissent rien au hasard.
Certaines formations soi-disant membres du MAPAR se démarquent d’une manière ou d’une autre afin  de se donner une identité propre. Le parti AVI de Norbert Lala Ratsirahonana, sillonne le pays. On remobilise, on rameute une base que beaucoup estiment comme virtuelle. Des observateurs sont tentés de conclure que le geste d’un vieux loup de la trempe d’un Ratsirahonana s’assimile plutôt à un clin d’œil en direction d’Iavoloha qu’à une démonstration de force. L’AVI se donne une impression de puissance et attire l’attention de l’homme fort du pays qu’il est là, qu’il existe. On a tendance à l’oublier ou l’ignorer. En tout cas, la démarche a eu écho favorable à Atsimondrano !
 Une autre formation membre de l’IRD se manifeste également. Le parti AVANA de Jean Louis Robinson. Nommé ambassadeur en Chine populaire, le médecin de son état, juge opportun de bouger aussi en vue de la prochaine échéance de 2023. Il s’agit pour Robinson de redynamiser la troupe dans l’optique de soutenir davantage le numéro un du pays de sorte qu’on puisse conforter l’assise du parti au sein du régime.
De l’autre rive, dans le camp de l’Opposition, c’est la pagaille ! L’approche de l’échéance du scrutin présidentiel crée des vagues. Le TIM, en tête de peloton, s’agite dans tous ses états. On redynamise ! On rameute ! On mobilise ! Ravalomanana Marc, candidat déclaré, chef de l’Opposition, du moins version RMDM, ne parvient plus à dissimuler son état fiévreux. De la campagne électorale avant l’heure, Ravalo tente l’impossible. Mais, pour cacher mal la défaite prochaine, on n’écarte pas l’hypothèse d’un boycott. Contradiction !

Ndrianaivo

Publié dans Editorial

Impliquer les jeunes des communautés reculées du Nord de Madagascar dans des actions de sensibilisation liées à l’environnement. Telle est la finalité de la mise en œuvre du programme « Junior Ecoguards » (JE). Il s’agit d’une initiative de l’ONG C3 Madagascar lancée en 2009 dans la Région de DIANA, en collaboration avec les scouts d’Antsiranana. Ce programme bénéficie de l’appui de Tusk Trust et a été formalisé par le ministère de l'Éducation, pour être développé dans toutes les régions côtières de Madagascar.

Publié dans Société



258 nouveaux cas en une semaine. La dernière situation épidémiologique liée à la Covid-19 est alarmante, si l’on tient compte de la hausse des cas confirmés du 20 au 26 novembre derniers. Trois Régions sont même classées dans le rouge par rapport au nombre des cas recensés, à savoir Analamanga, Vakinankaratra et Menabe. Une des raisons pour lesquelles les gouverneurs de ces Régions prennent leurs responsabilités. Le gouverneur du Menabe a commencé la sensibilisation, dès l’apparition des cas suspects dans sa circonscription, au début de ce mois de novembre, au respect des gestes barrières, entre autres le port du masque, le lavage fréquent des mains ou encore la distanciation sociale. Dernièrement, une cinquantaine de nouveaux cas sont enregistrés. Les gouverneurs de la Haute Matsiatra, Anosy et Vakinankaratra se sont également exprimés, notamment sur l’importance des gestes barrières. Ces derniers ont été mis de côté, voire négligés, depuis la levée de l’état d’urgence sanitaire début septembre et ce dans presque toute l’île. Il a fallu la hausse des cas confirmés de Covid-19 pour s’alarmer et rappeler de la nécessité de respecter ces gestes qui assurent la protection face à la pandémie.
Désinfection des lieux publics
Pour sa part, le gouverneur de la Région d’Analamanga passera à une série de désinfection des lieux publics à partir de ce jour. Cette campagne débutera au bureau de la Région à Ambohidahy, avant de desservir les lieux les plus fréquentés, notamment les marchés et les établissements scolaires, selon les informations recueillies. Pour les institutions publiques d’Analamanga, dont le centre d’immatriculation, aucun visiteur n’est autorisé à accéder les lieux sans porter de masque ni laver au préalable les mains. Des dispositifs y afférents sont mis en place pour ce faire. Les établissements privés devraient faire pareil, notamment sur l’exigence du respect des gestes barrières. Seuls quelques-uns continuent à le faire ces derniers temps, à l’exemple des magasins de grande distribution, les pharmacies, les cliniques et cabinets médicaux, les banques, etc. Outre la prise de température, le lavage des mains ou l’utilisation de gel désinfectant est exigé à l’entrée. Jusqu’ici, la distanciation sociale a été mise aux oubliettes. Quoi qu’il en soit, des mesures plus strictes seront adoptées à Analamanga incessamment si besoin, selon l’évolution de la situation épidémiologique. Affaire à suivre !
Recueillis par Patricia Ramavonirina

Publié dans Politique


Mirado est de retour pour se consacrer à son art. Après avoir disparu du paysage musical, Mirado, Mirado Ravohitrarivo à l’état civil, prépare son retour avec un nouvel album autobiographique. On se souvient que la carrière de cet artiste avait subi un coup d'arrêt dernièrement. L'interprète de « Ilay anjeliko » a annoncé tout sourire au cours d'une conférence de presse qu'il avait repris le chemin des studios et sortira un nouvel album. Selon le chanteur, comme tout autre album autobiographique, les morceaux contenus dans celui-ci exposera les contraintes auxquelles il a dû traverser et qui l’ont même conduit à arrêter ses études de pilotage d’aéronef. Connu du public comme un être toujours sensible et romantique, Mirado n’oubliera pas non plus de chanter sa vie amoureuse, entre autres la rupture amoureuse qui a dû le marquer. Il a mentionné durant la conférence que  80 % des paroles des chansons qui vont composer ce nouvel album raconteront sa vie. Cependant, ces textes ne raconteront pas sa vie dans tous les détails. Pour le moment, Mirado n’a pas donné plus d’information. Par contre, ses fans sont avertis : le chanteur est sur une lancée productive. D’ailleurs, l’artiste en est conscient en demandant autant de patience à ses admirateurs. Mais il assure que cette attente sera récompensée.

Cadence
Quoi qu’il en soit, ce nouvel album ne sera pas nécessairement composé uniquement de mésaventure ou encore des dures épreuves qu’il a vécues. Cette autobiographie en musique oscille également entre joie et mélancolie, abordant le style « pop rock » comme il a l’habitude de jouer. Pour couronner le tout, l’artiste mettra une touche « country » pour rendre cet album plus particulier par rapport à ceux ce qu’il a déjà sortis. Pour le moment, le chanteur  a déclaré que la date de sortie exacte n’était pas encore fixée. Aucune date non plus n'a été donnée pour le prochain concert. Par contre, Mirado compte faire un come-back fracassant avec ce nouvel album en gestation. Pour ce retour, l’interprète de « Soa fa nisy ianao » a choisi de collaborer avec la fameuse maison de production Ivenco pour un contrat de trois ans. De mémoire, Mirado a commencé à chanter à l’âge de 4 ans. Et aujourd’hui, il est devenu très connu auprès des adolescents et des jeunes malagasy. Ses débuts ont été marqués par son interprétation de la chanson de Ludger Andrianjaka. Il a reçu les trophées de révélation et d’artiste de l’année en 2007 avec son premier album. Dernièrement, en 2019, l’artiste a offert un grand concert à guichet fermé au Plaza, Ampefiloha.
Sitraka Rakotobe

Publié dans Culture



Prévue débarquer à Madagascar, hier, pour une visite de 6 jours (c’est-à-dire le 04 décembre), Diene Keita, directrice Exécutive adjointe de l’UNFPA et assistante du Secrétaire général des Nations unies, a annulé sa visite. D’après les explications officielles du Fonds des Nations unies pour la Population, cette annulation serait liée aux mesures sanitaires en vigueur liées à la pandémie de Covid-19 au niveau mondial. « C'est avec beaucoup de regret et de peine que nous vous annonçons l'annulation de la mission de notre directrice Exécutive adjointe à Madagascar en raison des restrictions sanitaires dues à la Covid-19 sur le plan mondial », précise un communiqué de l’UNFPA. Outre les évènements liés aux « 16 jours d’activisme pour mettre fin à la violence basée sur le genre », cette émissaire onusienne devait clôturer sa visite par un déplacement dans le Sud de Madagascar, sûrement pour s’enquérir de la situation de sècheresse et d’insécurité alimentaire qui frappe la population dans cette partie du pays. Une situation qui intéresse au plus haut point les Nations unies. A preuve, le dernier « flash appeal » lancé à l’attention des pays du monde en vue de mobiliser plus de fonds pour le Grand Sud.
A priori, l’annulation de la mission a été faite au dernier moment et ce à cause du contexte sanitaire qui prévaut dans le monde. La découverte d'un nouveau variant Covid nommé Omicron, en Afrique du Sud, a provoqué une véritable marée de restrictions chez de nombreux pays. Nombreux sont les Etats et Gouvernements en Europe, en Asie ou en Afrique qui ont interdit les vols en provenance d'Afrique australe incluant Madagascar. Il en est de même pour les Etats – Unis qui abritent le siège des Nations unies à New York, et qui ont appliqué des restrictions identiques.
Sandra R.

Publié dans Politique


Une étudiante de l’université a été braquée en fin de semaine dernière. Elle a été abandonnée par un taxi-be de la ligne 172 à mi-parcours, alors qu’elle devait rentrer à Andoharanofotsy. Le chemin était encore loin et il faisait déjà noir. Et pire encore, la pluie tombait à ce moment. En conséquence, elle a été dépouillée de tous ces biens et traumatisée, raconte sa mère. Mais ce n’est pas un cas unique. Plusieurs usagers se plaignent du comportement barbare des chauffeurs et de leur aide, non seulement pour cette ligne, mais les bus en général. On peut citer le mauvais traitement envers les passagers, le trajet se terminant à mi-chemin, le changement de destination ainsi que le non-respect des heures de travail, bien que certains véhicules aient déjà été pénalisés. Ces transporteurs sont déjà avertis sur le règlement enregistré dans leur cahier des charges.
Pour la énième fois, les usagers de bus lancent un appel en détresse à l’endroit de chaque responsable. Ainsi, l’Agence des transports terrestres (ATT) a réitéré que les véhicules de transport ne devront pas changer leur destination, outre que celle stipulée dans la licence délivrée par ce département en charge des transports terrestres. Leur trajet doit toujours commencer au primus et se terminer à un endroit désigné pour comme terminus. Les passagers doivent être récupérés et transportés jusqu'à leur destination, et ce à un tarif unique. Par ailleurs, les horaires de travail, enregistrés dans le cahier des charges, doivent être suivis. Le non-respect de ces règles entraîne des sanctions sévères pour le conducteur, son aide et le propriétaire de la voiture, autant que la coopérative concernée.
Anatra R.










Publié dans Société

Fil infos

  • Kidnapping et agressions - Le cas des albinos malagasy préoccupe les Nations Unies
  • Usine « Pharmalagasy » - Une ambition locale et internationale confirmée
  • Ivato - Un camp au nom du Général Ismaël Mounibou 
  • Recrutement de fonctionnaires - L’Education nationale favorisée
  • Représentations diplomatiques - 5 ambassadeurs nommés en quatre ans
  • Complicité de kidnapping à Anjozorobe - Un militaire refuse de se présenter aux enquêteurs
  • Rencontre avec le Président de la République - Les employés d'Air Madagascar attendent et espèrent toujours
  • Electrification rurale - Un coup de pouce coréen de 55 millions de dollars
  • Les actus en bref
  • Couple Rajoelina - Echange convivial avec le couple Biden

La Une

Recherche par date

« November 2021 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
Pub droite 1

Editorial

  • Le ciel bleu !
    Qui dit que les relations de Madagasikara avec les pays amis traversent une « passe » difficile ! Et cela, à cause, avance-t-on, de la position controversée de la Grande île pour les uns mais légitime pour d'autres, vis-à-vis de la guerre en Ukraine.

A bout portant

AutoDiff