mardi, 07 mars 2023

LA UNE DU 08 MARS 2023

Publié dans La Une

Derrière le succès, il y a la volonté de réussir et de changer les choses. C'est l'image qu'incarne Mihary Randriana ou de son vrai nom Randriana Miharimanantsoa Ariane. Rares sont ceux qui ne connaissent pas Mihary Randriana dans le milieu du basketball. Elle est la co-responsable de la commission de basketball 3 contre 3 au sein de la Fédération malagasy de basketball (FMBB). Derrière les succès de cette discipline depuis 2017, il y avait eu des efforts, des sacrifices, de la douleur et de la persévérance.

Publié dans Sport

Une trajectoire peu commune. Alors que la majorité des Malgaches rêve de s'installer à l'étranger, Lova Rajaona fait, elle, le chemin inverse. Installée depuis une vingtaine d'années en Norvège, cette mère de famille décide en effet de quitter sa vie et son confort scandinave pour revenir à Madagascar. Et ce, dans l'objectif d'apporter sa pierre à l'édifice du redressement de son pays. 

Elle a grandi un pied  à Madagascar, l'autre à l'étranger. Après la classe de seconde dans la Grande-île, Lova Rajaona s'envole en effet vers la France puis la Norvège pour y poursuivre ses études secondaires et universitaires. Elle choisira de s'installer définitivement dans ce second pays, y ayant d'ailleurs fondé sa famille.

Publié dans Dossier

Une Première dame active. Mialy Rajoelina s'est démarquée par son engagement et son dévouement, notamment pour la cause des femmes et des enfants. La lutte contre les violences basées sur le genre (VBG), le soutien à l'autonomisation des femmes à travers les formations professionnelles, la dotation de kits ou encore les activités génératrices de revenus constituent des axes d'intervention destinés pour les femmes. Promotion de la vaccination, lutte contre la malnutrition, renforcement de l'éducation, lutte contre le mariage précoce font partie des causes qu'elle défend pour les enfants. De multiples activités qui commencent à porter leurs fruits…

Publié dans Société

Pharmacologue sur le papier après 5 ans d’études académiques, Samira Mihaja Moumini, motarde passionnée, accro aux tissus et aux réseaux sociaux, a décidé de ranger sa blouse blanche de laborantine pour en faire ses métiers. Depuis une bonne décennie, la voilà donc capitaine en chef de la marque 3 Ladies Pirates et Social Media Manager à ses heures perdues. 

Publié dans Société

Depuis l’année 2021, le Corps des sapeurs-pompiers de la Capitale compte 22 membres féminins dans ses rangs. Et Prisca Fanomezantsoa figure dans la liste. 

Elle figure parmi les 4 jeunes femmes d’une même promotion sortie en 2021, les premières à devenir soldates du feu dans le pays. Elle n’a que 26 ans et possède le grade de 2ème classe, mais semble déjà avoir la maturité professionnelle de ses collègues plus âgés. Elle, c’est Prisca Fanomezantsoa, une jeune mère d’un petit garçon. Avant, elle faisait du touche-à-tout, avant que le déclic ne l’ait poussée à rejoindre le camp des sapeurs-pompiers. Mais pour elle, c’était un véritable parcours de combattant. Elle a brûlé toutes les étapes : stage, concours, formation militaire de 45 jours, puis 9 mois de formation chez les sapeurs-pompiers avant qu’elle reçoive finalement le baptême de feu. « J’ai choisi ce métier sacro-saint car j’aime secourir et surtout aider les autres », a-t-elle expliqué. Pourtant, l’idée de devenir soldate du feu ne l’avait même pas effleurée durant son enfance. « Je suis devenue sapeur-pompier, non pas parce que je m’en étais déjà fixé le but depuis que j’étais petite. Je suis devenue amoureuse de ce métier à force de regarder des films et même des dessins animés montrant des opérations et autres scènes de sauvetage de personnes en détresse », continue Prisca.

Publié dans Société
mardi, 07 mars 2023

Il fut un 8 mars !

Il était une fois un 8 mars 2018 ! La ville et les périphéries de la Commune urbaine d’Ambilobe s’apprêtaient à célébrer la cérémonie de la Journée internationale de la femme dans l’enceinte du stade municipal et voilà qu’un certain Rajoelina Andry Nirina débarqua de nulle part. 

Ce furent des cris de surprise, d’ovation et d’applaudissements. En effet, l’ancien président de la Transition fut accueilli dans la joie et avec les honneurs dignes d’un hôte de marque. Le maire de la ville, un élu IRD, fier de le recevoir dans son fief, scandait la foule composée essentiellement de femmes, des jeunes et des enfants. Lors de son intervention, Rajoelina rappela le fameux « Rendez-vous » qu’il avait fixé à Toamasina pour 2018. En fait, son atterrissage surprise dans la localité d’Ambilobe correspond à un engagement qu’il avait tenu devant une foule compacte, un peu désemparée sinon déçue par le refus de sa candidature, quatre ans auparavant au Grand port de l’Est. Homme de parole qu’il est, Rajoelina tient toujours à honorer ses promesses. Cette rencontre subite entre l’ancien homme fort de la Transition encense du baume au cœur des sympathisants au leader de la Révolution Orange mais irrite au plus fort de la tension au plus haut niveau du régime. Ce fut un jeudi du 8 mars 2018 !

Publié dans Editorial

De 1996 jusqu’en 2006, c'était une superstar. Après ces années de consécration et de gloire, l'artiste a raccroché et c’était le silence radio. Mais Lalie Louise Hanitriniala Andriamazava n'a jamais renoncé ni pris sa retraite musicale. Après une longue pause discographique, la chanteuse est dans un très bon état d'esprit. Elle a conservé cette voix légère et cristalline qui ravit inlassablement les ouïes et vit une renaissance artistique quasiment inespérée. Elle a accepté de raconter son passé, son parcours musical, ses soucis personnels et les raisons de son retour sur scène.

Publié dans Culture

Dès 4 heures du matin, hier,on voyait une longue file d’attente devant le Palais des sports de Mahamasina. Environ, 10 000 personnes ont reçu une consultation gratuite dans le cadre du projet caravane médicale " Sarobidy ny aiko". D'après le directeur des services de santé et du ministère de la Santé publique, Razafimahatratra Rado, beaucoup se sont rués vers la consultation bucco-dentaire, oculaire, cardiaque et la santé des mères et enfants. Durant cette consultation, les bénéficiaires étaient satisfaits malgré une longue attente.

Publié dans Politique

Une célébration en grande pompe. La marche solidaire des femmes s'est tenue, hier, dans le cadre de la célébration de la Journée du 8 mars. Des milliers de femmes, issues des quatre coins de la Grande île ont participé à cette caravane, conduite par la Première dame, Mialy Rajoelina. En partance du gymnase couvert d'Ankorondrano, les danses et battements des tambours des filles du " Bloco malagasy" ont ravi les passants intercalés par un footing. La manifestation a été suivie d'une séance de zumba au stade d'Alarobia. Outre les départements ministériels et institutions publiques, plusieurs organisations telles que les épouses des gendarmes, la Police nationale, la Police municipale, des partis politiques ont aussi participé à la caravane. La cérémonie officielle se tiendra ce jour au stade Barea, Mahamasina. Plus de 120 000 femmes y seront attendues. 

Publié dans Politique

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Recherche par date

« March 2023 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff