mercredi, 15 mars 2023

LA UNE DU 16 MARS 2023

Publié dans La Une

 La bilharziose ou schistosomiase est l'une des maladies tropicales les plus meurtrières au monde après le paludisme. Cependant, elle est négligée. A Madagascar, sa forme uro-génitale sévit sur la moitié Ouest et Nord de l’île, tandis que la forme intestinale à Est et Sud de l’île ainsi que sur les Hautes Terres centrales. Selon la statistique de 2008, son taux de prévalence au niveau national est d’environ 20%. Un Malagasy sur 5 est affecté par cette maladie. 

Afin de lutter contre la bilharziose, un scientifique de la Texas Tech University Health Sciences, de Protein AI et IDRI a développé un vaccin moléculaire contre la bilharziose intestinale. Ce vaccin nommé « Schistoshield » permet de réduire les charges de vers et d'œufs adultes ainsi que la morbidité et d'interrompre la transmission afin d’éradiquer et éliminer la maladie. 

Publié dans Société

Voici 76 ans que la lutte des nationalistes malagasy pour l’indépendance fut déclenchée un peu partout à Madagascar le 29 mars 1947. Afin d’honorer les anciens combattants et les patriotes dans cet essai de libération du joug de la métropole, le 29 mars a été marqué par une commémoration dans de nombreuses localités de la Grande île depuis 1967.

Ainsi, pour Antananarivo, l’ouverture officielle commencera dès le 22 mars au jardin du lac Anosy. Deux jours durant, une consultation médicale gratuite des anciens combattants et des familles concernées ou des descendants des martyrs se tiendra sur place. Le 25 et 26, un culte œcuménique dirigé par l’église Adventiste en collaboration avec le FFKM aura lieu à Soamanandrariny.

Publié dans Société

Infections cutanées, toux, maladies diarrhéiques, etc. Bon nombre de personnes dans le Fokontany d’Ambiriky, Commune urbaine de Toliara, souffrent de ces maux suite au passage du cyclone Freddy. Ce dernier a engendré des pluies conséquentes, favorisant la montée des eaux dans la majorité des quartiers de la ville. « Cela fait presque 2 semaines que nous vivons sous les eaux. Outre les odeurs nauséabondes, les moisissures se développent dans la maison, provoquant ainsi diverses maladies notamment chez les enfants. De plus, les crevasses et les irritations sur nos pieds sont à la fois gênantes et douloureuses », nous confie Marie Joceline Raharinirina, lessiveuse et mère de famille résidant dans ledit quartier. « Nous ne pouvons pas quitter notre maison au risque de perdre nos biens à cause des voleurs qui profitent de cette situation.

Publié dans Société
mercredi, 15 mars 2023

La bonne guerre !

A la guerre comme à la guerre ! Il n’y a qu’un seul but visé : vaincre. Et tous les moyens sont … bons pour. 

Toujours est-il qu’il existe tout de même, des nuances à établir. Un dispositif de lois bien défini encadre et régit tout conflit militaire. La violation de ce cadre juridique condamne les auteurs pour des crimes, les « crimes de guerre ». Les responsables reconnus coupables sont des « criminels de guerre » et ils sont sévèrement punis par la loi. L’ONU a mis en place une Juridiction habilitée à statuer voire à juger sur tous les conflits militaires ou autres entre les Etats membres en l’occurrence la Cour internationale de Justice (CIJ), le Tribunal pénal international (TPI). Tout juste après la guerre, le « Tribunal de Nuremberg », une Juridiction internationale mise en place par les pays vainqueurs, jugeait les criminels de guerre nazis durant la Grande Guerre 39-45. Ceci étant, il peut y avoir une sale guerre commise pour une cause condamnable, pour des crimes et une guerre justifiée ou pour bonne cause, la bonne guerre.

Publié dans Editorial

Face à la croissance ou la recrudescence du secteur informel, le groupement du patronat malagasy (FIVMPAMA), en collaboration avec la direction générale des impôts (DGI), a mis en place un centre de gestion agréé que chaque entreprise ou entrepreneur peut intégrer de façon à se tourner vers la formalisation de ses activités. En effet, une grande partie des activités économiques malagasy trouvent refuge dans l’informel en raison de l’emploi qui se fait de plus en plus rare à Madagascar. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le secteur informel prend de la place au pays. Une grande partie des 400 000 à 500 000 demandeurs d’emploi fraîchement diplômés chaque année font du secteur informel leur dernier rempart vu que chercher de l’emploi s’avère un vrai parcours du combattant à Madagascar.

Publié dans Economie

Une grande dame de la littérature malagasy qui n’aura de cesse de représenter la richesse du monde des belles lettres dans toute sa splendeur. Après avoir été sélectionnée finaliste lors du 14ème Prix Ivoire pour la Littérature Africaine d'Expression Francophone de l’édition 2022, notre écrivaine est aujourd’hui en lice pour un autre concours littéraire international. En effet, Michèle Rakotoson, l’auteure de l’œuvre intitulé « Ambatomanga, le silence et la douleur », est parmi les cinq finalistes du Prix Orange du Livre en Afrique (POLA). Un roman, sorti au mois de mai de l’an dernier,  qui raconte les prémices d’une colonisation naissante par la France dans les années 1894, et ce via le regard de deux personnages, Félicien Le Guen, le soldat français et Tavao, esclave et porteur malagasy.

Publié dans Culture

Plus que quelques mois d’attente selon la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM). Le 27 juin prochain, les aéroports de Paris-Orly et Saint-Denis de La Réunion reverront de nouveau le pavillon de Corsair en direction d’Antananarivo. Pour rappel, depuis 2019 après Dakar et Mayotte, Antananarivo a disparu du programme de vol de la compagnie aérienne Corsair International au départ de Paris. La perte de droits de vol entre les aéroports de Saint Denis-Roland Garros et Antananarivo-Ivato, annoncée un an auparavant, avait contraint la compagnie française à mettre fin à la route entre sa base à Paris-Orly et la Capitale de Madagascar via La Réunion.

Publié dans Politique

Les immunités ont été au centre d'une conférence-débat qui s'est déroulée, hier à Ambatonakang, a organisée dans le cadre du projet "Taninjanaka" sous le thème : « Immunité vs Impunité, l’infime différence ». Les immunités sont généralement destinées à protéger les titulaires contre toute poursuite devant les tribunaux dans l’exercice de leurs fonctions. 

Publié dans Politique

Après 20 jours de captivité et de suspense total, car sous le joug et à la merci de leurs ravisseurs, les trois otages d’Ambohitrarivo à Morarano Chrome, dans le District d’Amparafaravola, ont été finalement relâchés aux premières heures de la matinée hier. C’était dans la localité de Marotsipohy, à Anjozorobe, qu’on les a retrouvés. Alors qu’on craignait le pire, les otages sont donc finalement sains et saufs. 

Publié dans Politique

Fil infos

  • Nouveau Gouvernement - Après Paris, Bissau et Luanda ?
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Nouveau Gouvernement Ntsay Christian - Amputé de deux poids lourds
  • Prétendus « sujets Bacc » - Deux facebookers arrêtés
  • Edgard Razafindravahy à la tête de la COI - Rayonnement de Madagascar dans l'Océan indien 
  • ACTU-BREVES
  • Actu-brèves
  • Jeux olympiques 2024- Emmanuel Macron invite Andry Rajoelina
  • Assemblée nationale - 16 députés indépendants rejoignent l’IRMAR

La Une

Recherche par date

« March 2023 »
Mon Tue Wed Thu Fri Sat Sun
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Pub droite 1

Editorial

  • Mille convoitises !
    La forteresse au sein de laquelle le Roi Andrianjaka (1610 – 1630) devait installer les mille guerriers assurant la sécurité de son « lapa » fondé sur le haut de la colline à Analamanga, en 1610, contre l’éventuelle attaque des Vazimba qui s’y trouvaient déjà sur place intéressera 4 siècles plus tard les mille convoitises. Les premiers occupants du site, les Vazimba, devaient réagir face à cette colonisation par ce fils cadet du grand Roi Ralambo, d’autant qu’il installait y les mille colons (ou guerriers). La forteresse des mille guerriers qui deviendra plus tard la « Cité des mille », la capitale du royaume d’Analamanga. « Antananarivo », la Ville des Mille, sera en toute évidence la capitale de l’Imerina sinon du Fanjakana Hova. A l’arrivée des vazaha en 1896, année de la colonisation, ils gardèrent Antananarivo comme capitale du pouvoir colonial.

A bout portant

AutoDiff